Axess Code Index du Forum
La fin du disque ?
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Axess Code Index du Forum -> Mindphaser
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant    
Auteur Message
FRONT 242 PARIS
Iznogoud


Inscrit le: 29 Mai 2015
Messages: 753

MessagePosté le: 21 Mai 2018 13:39     Sujet du message: La fin du disque ? Répondre en citant
http://gonzai.com/rencontre-avec-le-plus-gros-disquaire-inde-de-france/
Rulaiz
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ch2 v74



Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 473
Localisation: Barcelone

MessagePosté le: 21 Mai 2018 14:19     Sujet du message: Répondre en citant
les disques se vendront toujours si le packaging, l'artwork, le son et le contenu musical sont bons

ceux qui pensaient que les cassettes étaient des vestiges des années 80 se sont gouré car ce format est toujours d'actualité sur les petits labels indés et chez les jeunes

ceux qui disent depuis 30 ans que le vinyle est mort se sont trompé également, car le vinyle cartonne en 2018 et c'est même devenu le premier format acheté par les 18/25 ans, l'usine de platines Technics s'est remis à en fabriquer après quelques années d'arrêt

ceux qui disaient il y a 10 ans que le CD allait disparaitre se sont vautré, j'ai écoulé un peu plus de 15 000 CD en 5 ans alors que nous avons pourtant un petit label underground

en fait aucun format n'a disparu, la musique existe sous toutes les formes et même si la majorité la consomme en mp3 à l'image de ceux qui vont au fast food il restera toujours suffisamment de mélomanes et amants de la musique sur Terre pour continuer à vouloir posséder l'objet physique pour la qualité du son et la beauté de l'image qu'on peut toucher, sentir, manipuler.
_________________
UNKNOWNPLEASURESREC
SOUNDCLOUD
YOUTUBE
MIXCLOUD
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sylvain_ObsküR[e]
Tleilaxu


Inscrit le: 05 Nov 2006
Messages: 1228
Localisation: Pays de l'ours - Pyrénées

MessagePosté le: 21 Mai 2018 17:31     Sujet du message: Répondre en citant
Il y a quand même le souci du portefeuille.
Un disque neuf valait 60 à 80 francs. Un disque d'occasion était dans les 40 à 60 francs ou moins (les Patti Smith à 15/20 francs chez Parallèles !). Désormais, tu as du 33 tours entre 15 et 20 € + frais de port et de l'occasion à 10 € ou plus (sauf exceptions, comme chez Armadillo, Toulouse).
Je restreignais sur les repas du midi et chaque semaine, je pouvais m'acheter un disque.
Là, je suis fonctionnaire, j'en achète un par mois. La maison, les voitures, les enfants.
L'offre est pléthorique, les survivances en occasion, les nouveautés et les petits labels à soutenir.
Ce qui me plaît en revanche, c'est le contact de plus en plus direct ; tu sais à qui tu commandes et tu échanges des mots.
Bon, quand je monte en ville, une fois par an, je suis très heureux de retrouver un disquaire passeur qui me fait lever le nez de mon répertoire aux 500 disques à acheter (sans cesse remanié) et m'ouvre les oreilles à ce que lui, il passe, comme Croc Vinyl, Toulouse aussi.
C'est un puits sans fond avec une bonne 15aine de nouveautés chaque mois qui donnent envie.
Chez mes élèves, c'est trop difficile à sonder : les plus grands ont quinze ans et trippent soit sur Maiden, Helloween, Metallica, soit sur Sardou, Montagné, Marc Lavoine ou bien Jul et Dadju (70 millions de vues pour son "Bob Marley")...
J'ai quand même l'impression que le disque continue sa plongée comme la poésie : t'as de très beaux livres qui sortent, mais pour 500 personnes maximum. A l'échelle d'un pays ou plus (pour la poésie en français) et à l'achelle internationale (pour les disques), ça fait peur.
Qui serait figure de proue des ventes "rock" en France ? Qui est la locomotive et à combien ça se vend ? Même les certifications ne cessent de bouger pour masquer la crise.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Disque_de_certification#France
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
stella maris
Bene Gesserit


Inscrit le: 01 Aoû 2012
Messages: 4946
Localisation: Into the wild

MessagePosté le: 21 Mai 2018 18:26     Sujet du message: Répondre en citant
La manière dont les gens “consomment” (entre guillemets) la musique est similaire à la manière dont les gens consomment tout le reste au quotidien pour chaque type de société.
Le téléchargement est un reflet très clair de cette façon de fonctionner, ceux qui font ça régulièrement veulent tout, vite, tout de suite, ils écoutent le disque deux fois puis n’en ont plus rien à foutre...comme n’importe quel autre produit de supermarché, comme pour un plan cul, et en fait comme presque tout le reste.
Mais il reste des idéalistes et ce sont eux, minoritaires comme toujours, jeunes ou vieux, qui achètent encore des disques aujourd’hui...les idéalistes et les collectionneurs (qui parfois sont les mêmes personnes).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ch2 v74



Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 473
Localisation: Barcelone

MessagePosté le: 21 Mai 2018 18:39     Sujet du message: Répondre en citant
Sylvain_ObsküR[e] a écrit:
Il y a quand même le souci du portefeuille.
Un disque neuf valait 60 à 80 francs. Un disque d'occasion était dans les 40 à 60 francs ou moins (les Patti Smith à 15/20 francs chez Parallèles !). Désormais, tu as du 33 tours entre 15 et 20 € + frais de port et de l'occasion à 10 € ou plus (sauf exceptions, comme chez Armadillo, Toulouse).
Je restreignais sur les repas du midi et chaque semaine, je pouvais m'acheter un disque.
Là, je suis fonctionnaire, j'en achète un par mois. La maison, les voitures, les enfants.
L'offre est pléthorique, les survivances en occasion, les nouveautés et les petits labels à soutenir.
Ce qui me plaît en revanche, c'est le contact de plus en plus direct ; tu sais à qui tu commandes et tu échanges des mots.
Bon, quand je monte en ville, une fois par an, je suis très heureux de retrouver un disquaire passeur qui me fait lever le nez de mon répertoire aux 500 disques à acheter (sans cesse remanié) et m'ouvre les oreilles à ce que lui, il passe, comme Croc Vinyl, Toulouse aussi.
C'est un puits sans fond avec une bonne 15aine de nouveautés chaque mois qui donnent envie.
Chez mes élèves, c'est trop difficile à sonder : les plus grands ont quinze ans et trippent soit sur Maiden, Helloween, Metallica, soit sur Sardou, Montagné, Marc Lavoine ou bien Jul et Dadju (70 millions de vues pour son "Bob Marley")...
J'ai quand même l'impression que le disque continue sa plongée comme la poésie : t'as de très beaux livres qui sortent, mais pour 500 personnes maximum. A l'échelle d'un pays ou plus (pour la poésie en français) et à l'achelle internationale (pour les disques), ça fait peur.
Qui serait figure de proue des ventes "rock" en France ? Qui est la locomotive et à combien ça se vend ? Même les certifications ne cessent de bouger pour masquer la crise.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Disque_de_certification#France


la chute des ventes de disques a été un chose salutaire je pense, elle a permis d'assainir un système pourri jusqu'à la moelle qui tentait de refourguer la même camelote aux gens depuis 30 ans sous des formats différents. Pour moi un CD ne doit pas dépasser les 13 ou 14 euros, au delà c'est abusé. Le vinyle c'est vraiment pour les gens qui ont les moyens, avec un prix de 20 euros la pièce et 7 euros de port ce format qui est revenu en force s'adresse surtout aux gens qui ont du fric. Perso j'aime le CD et les formats de packaging actuels sans plastique à la con sont suffisamment beaux et classieux pour donner envie aux fans de posséder l'objet.

Paradoxalement les gens n'ont jamais écouté autant de musique qu'aujourd'hui. bien sûr la très grande majorité écoute de la grosse merde (il te suffit de regarder qui sont les 5 titres en tête sur Spotify tu vas vite comprendre que nous ne vivons pas dans le même monde). Mais il restera toujours des niches underground et indépendantes, car le monde des gens qui apprécient les musiques qu'on aime est vaste.
_________________
UNKNOWNPLEASURESREC
SOUNDCLOUD
YOUTUBE
MIXCLOUD
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
FRONT 242 PARIS
Iznogoud


Inscrit le: 29 Mai 2015
Messages: 753

MessagePosté le: 21 Mai 2018 18:53     Sujet du message: Répondre en citant
Oui on a jamais autant écouté de musique mais qui confinent à l'incurie d'une bande son qui occupe l'espace plutôt que l'esprit, avec toujours les mêmes abominations "j'ai le plus gros casque du wagon"...

Les jeux vidéos ont depuis longtemps supplanté le secteur des loisirs.

>La maison, les voitures, les enfants Freedent


Pas de maison, pas de bagnole et surtout pas de gosse
M. Green
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
El Presidente
Tleilaxu


Inscrit le: 22 Jan 2007
Messages: 1007
Localisation: Paris

MessagePosté le: 21 Mai 2018 19:21     Sujet du message: Répondre en citant
ch2 v74 a écrit:
ceux qui pensaient que les cassettes étaient des vestiges des années 80 se sont gouré car ce format est toujours d'actualité sur les petits labels indés et chez les jeunes


C'est là quelque chose qui m'échappe car c'est quand même un sacré format de m... Freedent
_________________
The Disease
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
FRONT 242 PARIS
Iznogoud


Inscrit le: 29 Mai 2015
Messages: 753

MessagePosté le: 21 Mai 2018 19:59     Sujet du message: Répondre en citant
Et pourtant combien de trésors enregistrés sur une musicassette ?

Toute notre génération de musiciens est passé par là !

Je suis tombé sur des amoureux du son qui mettaient en ligne leurs k7 j'ai toujours été impressionné par la richesse du catalogue.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ch2 v74



Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 473
Localisation: Barcelone

MessagePosté le: 21 Mai 2018 21:05     Sujet du message: Répondre en citant
El Presidente a écrit:
ch2 v74 a écrit:
ceux qui pensaient que les cassettes étaient des vestiges des années 80 se sont gouré car ce format est toujours d'actualité sur les petits labels indés et chez les jeunes


C'est là quelque chose qui m'échappe car c'est quand même un sacré format de m... Freedent


oui je sais, je ne comprends pas non plus, plus snob tu meurs M. Green
_________________
UNKNOWNPLEASURESREC
SOUNDCLOUD
YOUTUBE
MIXCLOUD
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ch2 v74



Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 473
Localisation: Barcelone

MessagePosté le: 21 Mai 2018 21:06     Sujet du message: Répondre en citant
FRONT 242 PARIS a écrit:
Et pourtant combien de trésors enregistrés sur une musicassette ?

Toute notre génération de musiciens est passé par là !

Je suis tombé sur des amoureux du son qui mettaient en ligne leurs k7 j'ai toujours été impressionné par la richesse du catalogue.


je me référais au retour de la cassette en 2018 et pas à la pertinence des cassettes en 1988, effectivement à l'époque ce format nous a permis de découvrir et partager plein de trucs en copiant sur des tapes vierges

mais aimer ce format aujourd'hui c'est super con à mon avis.
_________________
UNKNOWNPLEASURESREC
SOUNDCLOUD
YOUTUBE
MIXCLOUD
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
stella maris
Bene Gesserit


Inscrit le: 01 Aoû 2012
Messages: 4946
Localisation: Into the wild

MessagePosté le: 22 Mai 2018 7:06     Sujet du message: Répondre en citant
Sylvain_ObsküR[e] a écrit:
Il y a quand même le souci du portefeuille.
Un disque neuf valait 60 à 80 francs. Un disque d'occasion était dans les 40 à 60 francs ou moins (les Patti Smith à 15/20 francs chez Parallèles !). Désormais, tu as du 33 tours entre 15 et 20 € + frais de port et de l'occasion à 10 € ou plus (sauf exceptions, comme chez Armadillo, Toulouse).
Je restreignais sur les repas du midi et chaque semaine, je pouvais m'acheter un disque.


Il y a de ça aussi, et parce le vinyle est devenu un objet de luxe destiné aux rares personnes qui achètent encore des disques à savoir les collectionneurs son prix est monté en flèche...ceci dit je te trouve sympa avec le 33 T entre 15 et 20 euros, en fait je vois souvent du 25 / 30 euros et plus pour un album...tu rajoutes à ça les frais de port si tu l’achètes en catalogue et ça commence à faire vraiment cher si on se réfère à une période qu’on a à peu près tous connu ici compte tenu des âges respectifs des vétérans du forum.
C’est aussi dû au fait que les usines de pressage de vinyle ont senti le vent tourner et ont gonflé leurs prix, avec un carnet de commande qui ne désemplit pas d’une part...et que d’autre part certains labels cherchent à faire du pognon comme ils peuvent, dans la débâcle.
Mais tout ça c’est de la poudre aux yeux, en réalité les vinyles qui se vendent bien sont les classiques de la musique populaire, du rock à la techno en passant par la pop, les difficultés étant les mêmes pour la musique qui nous préoccupe ici, même si le répertoire reste large Lolita
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zen2003



Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 66

MessagePosté le: 22 Mai 2018 14:05     Sujet du message: Répondre en citant
stella maris a écrit:
La manière dont les gens “consomment” (entre guillemets) la musique est similaire à la manière dont les gens consomment tout le reste au quotidien pour chaque type de société.


David Bowie disait en 1996 : A l'avenir, les gens voudront consommer la musique comme ils consomment l'eau et l'électricité. Tu paies un abonnement ridicule et tu ouvres le robinet.

Le problème de notre industrie est tellement vaste et trouve des ramifications à tous les niveaux : production, distribution, diffusion, promotion, consommation.... au-delà même du format.

Les formats, comme tout, sont de toutes façons dictés par les constructeurs et distributeurs.
Pinault a voulu la mort du CD au début des années 2000 pour 2 raisons :
- libérer de la place dans ses magasins et réduire le stock
- il préférait payer des manutentionnaires au SMIC dans des entrepôts pour mettre les CDs vendus en ligne dans des enveloppes que de continuer à payer plus cher des vendeurs de conseils et d’expérience.

Aujourd'hui, idem pour les lecteurs MP3. Alors que le dernier iPod classique en date montait jusque 160 Go de stockage... impossible de trouver un lecteur MP3 décent de plus de 5Go aujourd'hui.
Réponse du vendeur de chez Boulanger : ouais bah avec le streaming ça ne sert plus à rien.

On force, on pousse le consommateur vers Spotify et Deezer alors qu'il n'a rien demandé. Chaque Smartphone a une des 2 applis installée d'office et quasiment tous les abonnements mobiles proposent une période de 3 mois gratos histoire de créer le besoin.

Ce qui m'inquiète aujourd'hui, ce n'est pas tant la mort du CD ou de n'importe quel format. Ce qui m'inquiète c'est juste la mort de la musique.
Alors, oui, bien sûr, on aura toujours des passionnés, des mordus, parce qu'on a juste çà dans l'âme et les tripes et tant qu'un souffle sortira de nous, il sera musical Sourire
Mais dans quelles conditions ? Combien d'albums et de tournées un artiste peut continuer à financer de sa poche avant d'être ruiné ?

Les revenus de notre label, Foundry Records se sont littéralement effondrés en 3-4 ans... alors qu'on a 2 fois plus d'artistes et qu'ils sont 100 fois plus écoutés !
Là où on arrivait à sortir 4 à 600 euros par trimestre avec 4 artistes... on vient de franchir le seuil des... moins de 100 euros avec 8 ou 9 références !
Les ventes de digital (ACHAT des albums ou titres via iTunes, Amazon..) représentaient 75% vs le reste en streaming.
Aujourd’hui c’est…. 95% de streaming !
Du coup nous ne distribuons plus un album (sauf si volonté express de l’artiste) sur Deezer et Spotify. On n’y laissera que les singles. On verra bien.

Rien que le principe de répartition des royalties du streaming laisse apparaître clairement la stratégie. Sur 9,99€ ce sont 9,73 qui vont aux FAI, fabricants de smartphone, TVA, Majors… et les 26 centimes restant pour les artistes.

Cerise sur le gâteau, ils ont changé le mode de redistribution l’an dernier parce que visiblement les gros en voulaient encore plus.

Avant, les 26 centimes étaient divisés par le nombre d’artistes que VOUS aviez écouté. Un exemple au hasard… si vous aviez écouté du Adan N Ilse et du Waiting For Words ( 😉 ) à part égale, c’était 13 centimes chacun.
Maintenant, vos 26 centimes sont versés dans le pot général de tous les abonnés et sont redistribués au pro rata… des plus écoutés de la plateforme !
Moralité, tu auras beau écouter tous les Unknown Pleasure ou Foundry que tu veux, à la fin, ce seront Maitre Gyms, Black M et Louane qui toucheront les thunes.

Sachant qu’en plus, ceux-là achètent des écoutes par millions pour figurer dans le Top 10, tout le système est complètement baisé.
On est loin du capitalisme et de la méritocratie. Plus tu réussis, plus la plateforme à de clients, moins tu touches.

Je crois que là on est tombé à un truc du genre 0,001 euro par stream. Je préfère encore Facebook qui ne file pas une thune plutôt que cette insulte.
C’est comme pour la SACEM et la redistribution de la taxe sur les disques durs, clefs USB, CD vierges etc… censée aider les artistes. C’est reversé au prorata des diffusions FM nationales.

Jean Michel Jarre et Nicola Sirkis sont quasiment les SEULS artistes mainstream à monter au créneau pour changer ça, à en dénoncer le système dès qu’ils le peuvent. Mais tous les autres ferment leur gueule.
Ne parlons même pas du traitement de la question par les « journalistes » sur la question. Ils n’y comprennent juste rien (ou font semblant de ne rien y comprendre)

Si on compare au cinéma, la musique en est encore au millénaire dernier !
Les liens liant un artiste à une maison de disque relèvent des contrats du Hollywood des années 30.
Vous avez UNE seule plateforme légale où pour 9,99 vous pouvez avoir accès à l’ensemble de la production cinématographique mondiale quelque part ? Vous pouvez voir le nouveau Avengers en stream le jour de sa sortie peut être ?

Si les albums pouvaient avoir une durée de « protection » disons d’un an avant d’arriver sur les plateformes de Streaming, ça pourrait déjà aider beaucoup.

PS : quand je lis que le prix de la musique est élevé et un « souci de portefeuille »… j’ai juste envie de péter un câble.
Le prix vert d’un album neuf en 1985 à la FNAC (vinyle, vu que c’était LE format de référence) : 66 francs
Le prix nouveauté d’un album neuf en 2018 sur Amazon en CD : 10 à 12 Euros…. Soient 65 à 78 francs.
Compte tenu de l'érosion monétaire due à l'inflation, le pouvoir d'achat de 66,00 Francs en 1985 est normalement de 17,60 Euros en 2017.
Si on le compare au prix d’un album digital iTunes, (9,99) en conversion pure, c’est 66 francs… mais 37,47 Francs en pouvoir d’achat 1985 !

On compare aux livres, aux magazines, au prix d’une bière ou même d’un Kebab pour rigoler ?
Si on appliquait cela au salaire des gens, au prix des voitures, des produits de consommation, de la place de cinéma ou d’un concert, d’un ticket de métro ou d’une course de taxi… j’aimerais bien voir vos figures et vos « souci de portefeuille » tiens

Bref, vaste sujet (on n’a pas parlé des radios, tv, presse, maisons de disques, distributeurs… 😝 )
_________________
WAITING FOR WORDS - EGOCRACY New Album / Spring 2018
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Osiris
Bene Gesserit


Inscrit le: 30 Jan 2009
Messages: 3624
Localisation: Constant Shallowness Leads To Evil

MessagePosté le: 22 Mai 2018 17:00     Sujet du message: Répondre en citant
Zen2003 a écrit:
stella maris a écrit:
La manière dont les gens “consomment” (entre guillemets) la musique est similaire à la manière dont les gens consomment tout le reste au quotidien pour chaque type de société.


David Bowie disait en 1996 : A l'avenir, les gens voudront consommer la musique comme ils consomment l'eau et l'électricité. Tu paies un abonnement ridicule et tu ouvres le robinet.

Le problème de notre industrie est tellement vaste et trouve des ramifications à tous les niveaux : production, distribution, diffusion, promotion, consommation.... au-delà même du format.

Les formats, comme tout, sont de toutes façons dictés par les constructeurs et distributeurs.
Pinault a voulu la mort du CD au début des années 2000 pour 2 raisons :
- libérer de la place dans ses magasins et réduire le stock
- il préférait payer des manutentionnaires au SMIC dans des entrepôts pour mettre les CDs vendus en ligne dans des enveloppes que de continuer à payer plus cher des vendeurs de conseils et d’expérience.

Aujourd'hui, idem pour les lecteurs MP3. Alors que le dernier iPod classique en date montait jusque 160 Go de stockage... impossible de trouver un lecteur MP3 décent de plus de 5Go aujourd'hui.
Réponse du vendeur de chez Boulanger : ouais bah avec le streaming ça ne sert plus à rien.

On force, on pousse le consommateur vers Spotify et Deezer alors qu'il n'a rien demandé. Chaque Smartphone a une des 2 applis installée d'office et quasiment tous les abonnements mobiles proposent une période de 3 mois gratos histoire de créer le besoin.

Ce qui m'inquiète aujourd'hui, ce n'est pas tant la mort du CD ou de n'importe quel format. Ce qui m'inquiète c'est juste la mort de la musique.
Alors, oui, bien sûr, on aura toujours des passionnés, des mordus, parce qu'on a juste çà dans l'âme et les tripes et tant qu'un souffle sortira de nous, il sera musical Sourire
Mais dans quelles conditions ? Combien d'albums et de tournées un artiste peut continuer à financer de sa poche avant d'être ruiné ?

Les revenus de notre label, Foundry Records se sont littéralement effondrés en 3-4 ans... alors qu'on a 2 fois plus d'artistes et qu'ils sont 100 fois plus écoutés !
Là où on arrivait à sortir 4 à 600 euros par trimestre avec 4 artistes... on vient de franchir le seuil des... moins de 100 euros avec 8 ou 9 références !
Les ventes de digital (ACHAT des albums ou titres via iTunes, Amazon..) représentaient 75% vs le reste en streaming.
Aujourd’hui c’est…. 95% de streaming !
Du coup nous ne distribuons plus un album (sauf si volonté express de l’artiste) sur Deezer et Spotify. On n’y laissera que les singles. On verra bien.

Rien que le principe de répartition des royalties du streaming laisse apparaître clairement la stratégie. Sur 9,99€ ce sont 9,73 qui vont aux FAI, fabricants de smartphone, TVA, Majors… et les 26 centimes restant pour les artistes.

Cerise sur le gâteau, ils ont changé le mode de redistribution l’an dernier parce que visiblement les gros en voulaient encore plus.

Avant, les 26 centimes étaient divisés par le nombre d’artistes que VOUS aviez écouté. Un exemple au hasard… si vous aviez écouté du Adan N Ilse et du Waiting For Words ( 😉 ) à part égale, c’était 13 centimes chacun.
Maintenant, vos 26 centimes sont versés dans le pot général de tous les abonnés et sont redistribués au pro rata… des plus écoutés de la plateforme !
Moralité, tu auras beau écouter tous les Unknown Pleasure ou Foundry que tu veux, à la fin, ce seront Maitre Gyms, Black M et Louane qui toucheront les thunes.

Sachant qu’en plus, ceux-là achètent des écoutes par millions pour figurer dans le Top 10, tout le système est complètement baisé.
On est loin du capitalisme et de la méritocratie. Plus tu réussis, plus la plateforme à de clients, moins tu touches.

Je crois que là on est tombé à un truc du genre 0,001 euro par stream. Je préfère encore Facebook qui ne file pas une thune plutôt que cette insulte.
C’est comme pour la SACEM et la redistribution de la taxe sur les disques durs, clefs USB, CD vierges etc… censée aider les artistes. C’est reversé au prorata des diffusions FM nationales.

Jean Michel Jarre et Nicola Sirkis sont quasiment les SEULS artistes mainstream à monter au créneau pour changer ça, à en dénoncer le système dès qu’ils le peuvent. Mais tous les autres ferment leur gueule.
Ne parlons même pas du traitement de la question par les « journalistes » sur la question. Ils n’y comprennent juste rien (ou font semblant de ne rien y comprendre)

Si on compare au cinéma, la musique en est encore au millénaire dernier !
Les liens liant un artiste à une maison de disque relèvent des contrats du Hollywood des années 30.
Vous avez UNE seule plateforme légale où pour 9,99 vous pouvez avoir accès à l’ensemble de la production cinématographique mondiale quelque part ? Vous pouvez voir le nouveau Avengers en stream le jour de sa sortie peut être ?

Si les albums pouvaient avoir une durée de « protection » disons d’un an avant d’arriver sur les plateformes de Streaming, ça pourrait déjà aider beaucoup.

PS : quand je lis que le prix de la musique est élevé et un « souci de portefeuille »… j’ai juste envie de péter un câble.
Le prix vert d’un album neuf en 1985 à la FNAC (vinyle, vu que c’était LE format de référence) : 66 francs
Le prix nouveauté d’un album neuf en 2018 sur Amazon en CD : 10 à 12 Euros…. Soient 65 à 78 francs.
Compte tenu de l'érosion monétaire due à l'inflation, le pouvoir d'achat de 66,00 Francs en 1985 est normalement de 17,60 Euros en 2017.
Si on le compare au prix d’un album digital iTunes, (9,99) en conversion pure, c’est 66 francs… mais 37,47 Francs en pouvoir d’achat 1985 !

On compare aux livres, aux magazines, au prix d’une bière ou même d’un Kebab pour rigoler ?
Si on appliquait cela au salaire des gens, au prix des voitures, des produits de consommation, de la place de cinéma ou d’un concert, d’un ticket de métro ou d’une course de taxi… j’aimerais bien voir vos figures et vos « souci de portefeuille » tiens

Bref, vaste sujet (on n’a pas parlé des radios, tv, presse, maisons de disques, distributeurs… 😝 )


on est d'accord Biere
_________________
Les Modules Etranges
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
stella maris
Bene Gesserit


Inscrit le: 01 Aoû 2012
Messages: 4946
Localisation: Into the wild

MessagePosté le: 22 Mai 2018 17:46     Sujet du message: Répondre en citant
Zen2003 a écrit:
Les formats, comme tout, sont de toutes façons dictés par les constructeurs et distributeurs.


Oui

Zen2003 a écrit:
On force, on pousse le consommateur vers Spotify et Deezer alors qu'il n'a rien demandé. Chaque Smartphone a une des 2 applis installée d'office et quasiment tous les abonnements mobiles proposent une période de 3 mois gratos histoire de créer le besoin.


Exactement, ils sont en train de verrouiller tout ça en baisant tout le monde pour garder tout le pognon.
C'est une habitude chez ce type de personne.
Je ne pense pas qu'il y ait de mélomane parmi eux non plus.

Zen2003 a écrit:
Ce qui m'inquiète c'est juste la mort de la musique.


La musique ne mourra jamais elle est immortelle, elle était là avant nous et sera là après nous.
Les musiciens ne sont pas des créateurs, ce sont des gens qui captent ce qui les entoure et le modifie.
Quand à ceux qui tiennent un discours du type le rock est mort, tel style de musique est mort et compagnie ils sont complètement à côté de la plaque, rien n'est jamais mort dans la musique, rien ne se perd, tout se transforme.
La musique ne peut pas mourir, d'aucune façon.
Zen2003 a écrit:

C’est comme pour la SACEM et la redistribution de la taxe sur les disques durs, clefs USB, CD vierges etc… censée aider les artistes. C’est reversé au prorata des diffusions FM nationales.


La SACEM je ne vais pas en dire du mal je fais partie des rares privilégiés à avoir touché pas mal d'argent en droits d'auteur, et à en toucher encore.
Je sais qu'ils tentent de se battre aussi, à leur manière, en essayant de récupérer un peu d'argent du net mais c'est très compliqué car les petits malins qui ont mis ces plateformes en ligne savent très bien comment s'y prendre.

Zen2003 a écrit:
Maitre Gyms, Black M et Louane qui toucheront les thunes.


Je ne connais pas ces gens, certainement un prof de gymnastique fan de Yoda, un fabricant de déodorants et une...voiture ??
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ch2 v74



Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 473
Localisation: Barcelone

MessagePosté le: 22 Mai 2018 18:55     Sujet du message: Répondre en citant
ci dessous une super intervention télévisée de Roger Waters qui dénonce justement l'escroquerie du Music Business de cette dernière décennie !

https://www.youtube.com/watch?v=RADUo7UUBxo
_________________
UNKNOWNPLEASURESREC
SOUNDCLOUD
YOUTUBE
MIXCLOUD
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Axess Code Index du Forum -> Mindphaser Toutes les heures sont au format GMT + 4 Heures
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com  Mind theme by AXC - 2006